Victoire

La Marseillaise



Un hymne national est un chant qui représente et rassemble une nation.

Voici les paroles de l'hymne qui représente et rassemble la nation française.

1 - Allons enfants de la Patrie
Le jour de gloire est arrivé !
Contre nous de la tyrannie
L'étendard sanglant est levé
Entendez-vous dans nos campagnes
Mugir ces féroces soldats?
Ils viennent jusque dans vos bras.
Égorger vos fils, vos compagnes!

(Refrain) Aux armes citoyens
Formez vos bataillons
Marchons, marchons
Qu'un sang impur
Abreuve nos sillons

2 - Que veut cette horde d'esclaves
De traîtres, de rois conjurés?
Pour qui ces ignobles entraves
Ces fers dès longtemps préparés?
Français, pour nous, ah! quel outrage
Quels transports il doit exciter?
C'est nous qu'on ose méditer
De rendre à l'antique esclavage!

3 - Quoi ces cohortes étrangères
Feraient la loi dans nos foyers!
Quoi! ces phalanges mercenaires
Terrasseraient nos fils guerriers!
Grand Dieu! par des mains enchaînées
Nos fronts sous le joug se ploieraient
De vils despotes deviendraient
Les maîtres des destinées.


4 - Tremblez, tyrans et vous perfides
L'opprobre de tous les partis
Tremblez! vos projets parricides
Vont enfin recevoir leurs prix!
Tout est soldat pour vous combattre
S'ils tombent, nos jeunes héros
La France en produit de nouveaux,
Contre vous tout prêts à se battre.

5 - Français, en guerriers magnanimes
Portez ou retenez vos coups!
Épargnez ces tristes victimes
À regret s'armant contre nous
Mais ces despotes sanguinaires
Mais ces complices de Bouillé
Tous ces tigres qui, sans pitié
Déchirent le sein de leur mère!

6 - Nous entrerons dans la carrière
Quand nos aînés n'y seront plus
Nous y trouverons leur poussière
Et la trace de leurs vertus
Bien moins jaloux de leur survivre
Que de partager leur cercueil
Nous aurons le sublime orgueil
De les venger ou de les suivre!

7 - Amour sacré de la Patrie
Conduis, soutiens nos bras vengeurs
Liberté, Liberté chérie
Combats avec tes défenseurs!
Sous nos drapeaux, que la victoire
Accoure à tes mâles accents
Que tes ennemis expirants
Voient ton triomphe et notre gloire
                                                       
               Le Français n'est jamais en retard pour dénoncer le repli communautariste, la névrose xénophobe et sanguinaire, le trouble obsessionnel compulsif. Cela relève de la démarche citoyenne.
              En revanche, quand la xénophobie sanguinaire
fait partie du patrimoine national, la démarche citoyenne s'arrête et se met au garde-à-vous.

          Faire une critique de la Marseillaise, ou un commentaire déplaisant, refuser seulement de l'honorer, expose à une condamnation verbale de la part du bon citoyen, et plus concrètement à une condamnation pénale. (Voir Outrages et blasphèmes)

               Laissons les risques et les plaisirs de l'outrage aux jeunes gens et aux amateurs de football. Contentons-nous de quelques constatations sur la musique, les paroles et l'auteur.


La musique :
En 1861, L'organiste allemand Hamma démontre que le dessin musical complet de la Marseillaise dérive du Credo d'une messe manuscrite d'un maître de chapelle, Holtzmann.
En 1886, un autre Allemand, Wilhelm Tappert, soutient que Rouget de Lisle a emprunté sa musique à la messe manuscrite d'un autre organiste, Holzbauer.
La mélodie de La Marseillaise se retrouverait aussi dans le concerto pour piano et orchestre N°25 de Mozart.

Le fait que Rouget de Lisle ait pu composer sa musique en quelques heures chez de Dietrich, aristocrate et maire de Strasbourg, nous mène à deux hypothèses ; deux seulement.
Soit le Français a fait preuve d'un génie musical rapide et sur commande, qui ne s'est jamais reproduit dans son cerveau par la suite ; il est considéré pour ses autres oeuvres musicales comme un "compositeur médiocre". 
Seconde hypothèse, plus vraisemblable : l'hymne français est un plagiat, et il a une origine allemande.


Les paroles :
Comme la musique, le texte comporte des reprises et des plagiats.
"Aux armes citoyens !" est repris d'une Ode aux Français de 1762.
La  référence au "sang impur" est repris d'une chanson anti-anglaise du milieu du XVIIIème siècle. En ce temps-là, la haine de l'étranger (voir aussi Robespierre) virait volontiers au racisme et était encouragée par les pouvoirs publics. Constatons que cette (ig)noble tradition s'est maintenue en France à travers son hymne national.

Le huitième couplet, religieux, a été supprimé du texte officiel par le Ministre de la Guerre, Joseph Servan de Gerbey, en 1792. Il serait contraire aux convenances laïques de le conserver. Mais il n'est pas inconnu dans les milieux nationalistes catholiques.
   " Dieu de clémence et de justice
    Vois nos tyrans, juge nos cœurs   
    Que ta bonté nous soit propice
    Défends-nous de ces oppresseurs.
    Tu règnes au ciel et sur terre
    Et devant Toi, tout doit fléchir
    De ton bras, viens nous soutenir
    Toi, grand Dieu, maître du tonnerre."

Le texte définitif de la Marseillaise a été établi en 1887 par une commission nommée par le général Boulanger, un populiste cocardier. Il était soutenu par les anti-républicains et les antisémites. Il était aussi soutenu par une extrême-gauche (Henri Rochefort en particulier) qui, à l'époque, n'était pas tentée par la démocratie.


Le compositeur :
Rouget de Lisle a toujours été un fervent monarchiste.
Il n'a pas écrit un hymne à la République. Il est même allé jusqu'à modifier les deux derniers vers de la dernière strophe actuelle qui, après-coup, lui avaient semblé justement un peu trop républicains. Originellement, ces deux vers disaient :
"Et que les trônes des tyrans
Croulent au bruit de votre gloire"
Ils sont devenus :
"Que tes ennemis expirants
voient ton triomphe et notre gloire".

Revenu à Paris, Rouget de Lisle proteste contre l'internement de Louis XVI. Il est arrêté sur ordre de Carnot, et restera emprisonné sous la Terreur. La chute de Robespierre lui a sans doute évité la guillotine.

Après diverses vicissitudes, il reste dans l'obscurité et la pauvreté sous la République, l'Empire et la Restauration.

Il lui faudra attendre 35 ans, et un coup de chance... Berlioz établit une orchestration de La Marseillaise en 1830. Ceci redonne une popularité au chant. Louis Philippe, grand gagnant de la Révolution de 1830, réhabilite le toujours royaliste Rouget de Lisle et le fait chevalier de la Légion d'Honneur. Il lui accorde même une pension de 1500 francs...

Rouget de Lisle meurt en 1836.

Sources principales :
La Bretagne n'a pas dit son dernier mot, Marcel Texier. Ed Yoran Embanner, 2004
Wikipedia / La Marseillaise et Rouget de Lisle
Paroles de la Marseillaise : site de la Présidence de la République


Défense de la patrie, ou cri de guerre des envahisseurs ?

La Marseillaise
est déclarée Chant national le 14 juillet 1795.
Replaçons-nous dans le contexte de cette époque :
Les troupes françaises occupent la Savoie, les Pays-Bas, la Belgique, une partie de la Suisse. (voir guerre préventive). 
Les peuples conquis sont saignés fiscalement pour pallier la gabegie et la corruption de l'administration révolutionnaire.
Depuis 1795, sur tous les continents, La Marseillaise a été bien plus souvent le chant des envahisseurs que le chant des résistants à l'invasion.

L'analyse du texte :


Le texte a été remanié plusieurs fois ; des couplets entiers ont été ajoutés, d'autres retranchés, d'autres ajoutés puis retranchés.  
Le texte officiel, comme nous l'avons vu, a été fixé sous la Troisième République. Une expression raciste comme "le sang impur" n'est donc pas une maladresse de langage liée à l'ivresse guerrière de 1792, une sorte d'aberration résiduelle. Les expressions du texte ont été étudiées et discutées. Celle-là a bel et bien été maintenue en toute connaissance de cause lors de la fixation du texte en 1887. Il faut sans doute rapprocher l'acceptation républicaine du concept de "sang impur" et le discours de Jules Ferry du 28 juillet 1885 (
"Il faut dire ouvertement que les races supérieures ont un droit sur les races inférieures"  ; Voir Ferry)

L'analyse de texte actuel et officiel est à la portée de tous. Voici quelques résultats obtenus par l'excellent logiciel TROPES (www.acetic.fr). L'analyse converge vers un seul mot : "dictateur" (voir : références utilisées). A partir de là, à chacun de prolonger la réflexion.


Marseillaise Analyse A
Marseillaise Analyse B
Marseillaise Analyse E
Marseillaise Analyse C Marseillaise Analyse D


retour
ContreCulture / Marseillaise v 1.4