Site de survie en environnement citoyen Contreculture
(Logo non officiel)

Logo Bretagne











Retrouvez le site contreculture dans un livre :
Commandez-le ICI

30/05/2016  
La galerie des grands hommes
      (Censeurs, laissez-les s'exprimer !)

Mercuriale de juin 2016

Aragon (Louis), poète national(iste)
Bara (Joseph), enfant martyr
Barère (Bertrand), auteur de carmagnoles
Bert (Paul), les Blancs et les autres
Blum (Léon), un regret

Claudel (Paul), poète tout terrain
Chevalier de la Barre (le), icône de la laïcité 

Combes (Emile),  l'inégalité laïque
De Gaulle jusqu'en 1940, mythes et réalités 
De Gaulle (Charles),  idées directrices
Duras (Marguerite), Propaganda Staffel
Ferry (Jules),  ordre racial, ordre social
Flaubert (Gustave), l'antisocialiste

France (Anatole), raciste mais pas trop
Gambetta (Léon), aérostier républicain
Genêt (Jean), pédophile nazi
Gide (André), communautariste

Giraudoux (Jean), ministre de la race
Goncourt (Edmond, de), antijuif mondain
Hugo (Victor),  écrivain  (en)gagé
Jeanne d’Arc,  pucelle  nationale
Jaurès (Jean), colonialisme à visage humain 
Jouvet (Louis), la culture de la subvention
Lamartine (Alphonse de), islamophobe
Larousse (Pierre), lexicographe apitoyé
Marat (Jean Paul), ami du peuple
Maupassant (Guy de), bobo

Mauriac (François), l'art sans l'art ?    
Michelet (Jules),  historien de la supériorité
Mornet (André), procureur républicain

Robespierre (Maximilien), xénophobe
Robin (Armand), agent double

Sade (Marquis de),  un looser mythique
Saint-Just, ange de pureté révolutionnaire
Tocqueville (A. de), la démocratie blanche 

Voltaire, le racisme des Lumières
 
Zola (Emile), la culpabilité collective

Stratégies autour du lait

Synutra Carhaix

L’environnement social

          Le paysan produit une denrée vitale : la nourriture. De ce fait, la classe sociale des agriculteurs n’est pas destinée à connaître la liberté. Les paysans ont été dominés au Moyen-Âge par les chefs de guerre, puis par les aristocrates locaux. Ensuite sont venus les bourgeois commerçants, dénoncés comme "accapareurs" par les révolutionnaires citadins qui craignaient la famine des villes. Au XXe siècle, l’agriculteur a été prolétarisé par la bourgeoisie industrielle. Dans le même temps, la bourgeoisie financière a investi l’agriculture. Au sein de la "société de la connaissance", c’est la bourgeoisie intellectuelle qui tend à devenir la classe dominante et à dicter sa loi aux agriculteurs : bien-être animal, produits bio, protection des paysages.
          Malgré un destin contraire, les paysans ont cherché à se libérer en se rapprochant de la classe dominante. Ils y ont partiellement réussi en intégrant collectivement la bourgeoisie industrielle après la guerre, à travers leurs coopératives et le développement de filières descendantes. En partant des producteurs, les coopératives ont créé des laiteries, des abattoirs, puis des usines de transformation. Les paysans ont aussi essayé d’intégrer collectivement la bourgeoisie financière : les banques rurales mutualistes sont à l’origine du Crédit agricole et du CMB.
          Ce mouvement de libération connaît actuellement un reflux en France. Dans les coopératives et les banques, la logique de défense de la paysannerie a été supplantée par une logique industrielle ou financière. D’autre part, les filières ne sont plus descendantes, mais ascendantes : la grande distribution rachète les usines de transformation, les abattoirs, bientôt les exploitations agricoles. Devant cet échec, toute une catégorie de paysans cherche désormais à se concilier les faveurs de la classe montante, la bourgeoisie intellectuelle.

Les données du problème actuel

            1 - Les entreprises privées ont des stratégies visant le profit et la durée.
         2 - Les gouvernants ont des stratégies de pacification. Il faut éviter la famine (et donc les révoltes) de leurs populations. Pour cela, ils visent, soit la souveraineté alimentaire, soit un approvisionnement extérieur durable.
           3 – Les administrations ont des stratégies visant à se rendre indispensables.

          4 - Les zones d’élevage des herbivores ne sont pas nombreuses sur la planète. L’Europe du nord-ouest est une de ces zones. Pour produire du lait, il faut de l'herbe, un climat tempéré et beaucoup d’eau. C’est ce qui explique que les grandes stratégies, publiques ou privées, concernant le lait tiennent compte des implantations géographiques. L’importance du climat et de la géographie est moindre pour l’élevage de volailles, où 2 kg d’aliment et 4 litres d’eau peuvent produire plus d'un kg de poulet.

           Pour produire du lait de qualité, il faut aussi des procédures d’hygiène strictes, des éleveurs motivés, une chaîne de collecte et de stockage de haut niveau. Ceci explique l’intérêt pour l'élevage breton d’entreprises laitières mondiales (comme Synutra) et d’États (comme la Chine) qui ne peuvent assurer, du fait de la géographie, une production intérieure suffisante.

         5 - Selon la FAO (Food and Agriculture Organisation, organisme spécialisé de l’ONU), la demande mondiale de viande et de produits animaux (dont le lait) augmentera de plus de 40% dans les 15 prochaines années. En Asie, des pays surpeuplés voient émerger une classe moyenne consommatrice de produits animaux. En revanche, la demande européenne diminue et continuera à diminuer.
         C’est à partir de ces prévisions documentées (et non des scoops journalistiques) que, d’une part, les états européens ont décidé d’assouplir le régime des quotas laitiers et que, d’autre part, les industries laitières européennes ont décidé de s’internationaliser. La quantité et de la qualité de l’approvisionnement est pour les gouvernants une préoccupation première.

La crise

              L’assouplissement des quotas au niveau européen a été, en fait, un phénomène brutal de libéralisation du marché.
          Les industries laitières européennes, pour conserver leur autonomie, doivent chercher des partenaires dans les pays demandeurs. Le temps de l’impérialisme, où les Occidentaux s’installaient dans les pays étrangers et y faisaient ce qu’ils voulaient, est terminé, sauf peut-être en Afrique. Dans les relations internationales, il n’y a plus d’autorité supérieure.
           Dans la mesure où il n’y a pas d’autorité supérieure, la régulation de peut se faire qu’à travers des ajustements "après " et non "avant", comme dans le système des quotas. On peut prévoir, mais on ne peut plus éviter les crises de surproduction. Elles peuvent seulement être atténuées par le stockage des surplus, le soutien aux producteurs qui ont de l’avenir, et le dégagement des autres.

           La crise actuelle sur les matières premières (les matières premières agricoles en font partie) est due à un certain nombre de facteurs liés à la mondialisation des échanges :
- Les conflits politiques. Ils peuvent prendre la forme de guerres (Syrie) ou d’embargo (Russie).
- Les conflits économiques. Pour les pays plus pauvres, la façon d'entrer dans le marché passe par le dumping social, fiscal ou environnemental.
- La croissance et la consommation mondiale. Le ralentissement de la croissance chinoise, tout comme la variation des modes alimentaires en Occident, provoquent des crises qui n’ont rien à voir avec le capitalisme. Des crises liées aux variations de la demande existent dans des structures de production communistes ou coopératives, et même dans les systèmes sans monnaie.
- Divers événements naturels affectent la production agricole mondiale. Réchauffement climatique, phénomènes comme El Niño, etc. Une sécheresse en Nouvelle Zélande affecte le prix du lait en Bretagne.

L’usine de Carhaix dans tout cela…

          Si l’usine Synutra s’est implantée au Centre Bretagne, c’est pour être le plus près possible de la production du "minerai". C'est aussi pour bénéficier d’un savoir-faire breton en matière de traçabilité et de sécurité alimentaire. Elle a un marché, qui est celui des bébés chinois des classes moyennes et supérieures, pour lesquels les parents veulent un lait maternisé de qualité. L’entreprise est parfois accusée de vouloir exploiter les paysans et ses salariés. Y a t’il une seule entreprise mondiale, publique ou privée, qui échappe à ce reproche de principe ?

           Quelle influence cette nouveauté aura t'elle sur la structure de la production laitière en Bretagne ? Les analystes, marxistes ou libéraux, semblent avoir disparus. A leur place, nous sommes saturés de faux lanceurs d'alerte et de prophètes de malheur. Arrêtons de les écouter pour revenir aux problèmes concrets.

           - Transporter du lait, c’est transporter 90% d’eau. Une usine laitière qui s’installe en Centre-Bretagne fait le pari qu’il y aura encore dans 20 ans des producteurs de lait en Centre-Bretagne. Compte tenu des coûts de transport de la matière première, elle a tout intérêt à ce que la production se fasse le plus près possible de l’usine.
           - Cette production se fera t-elle dans le cadre de petites ou de grandes exploitations ? Ça n’est pas le problème de l’usine. Une vache a besoin de 25 ares d'herbe, pâturée ou en "zéro-grazing". Que les surfaces herbagées soient gérés au mieux dans des fermes de 10, 100 ou 1000 hectares, que les vaches sortent en pâture ou non, ce n’est pas l’usine qui influencera, mais les facteurs humains, politiques, agronomiques, technologiques et financiers.
           - Les circuits courts sont-ils une alternative ? La consommation locale représente 7% de la production agricole bretonne. C’est un marché qu’il faut exploiter à fond, mais c’est un marché de niche. Nous ne pouvons pas laisser tomber 93 agriculteurs bretons sur 100. Il faut leur trouver un débouché, ou alors leur permettre de changer de métier. Là dessus, la société civile bretonne peut réfléchir et intervenir au nom de sa responsabilité territoriale.
          - Christian Troadec a-t-il eu raison de favoriser l’implantation de Synutra ? En économie, surtout dans un univers mondialisé, rien n’est durable, sauf la mort. La Cornouailles britannique est en coma économique profond. Avec la fin des aciéries, la Lorraine a failli mourir économiquement. Pour survivre, elle a parié sur l'implantation d’usines étrangères. L’opportunité "Synutra" a été saisie au Centre Bretagne pour ne pas mourir. Maintenant, la question est de savoir comment en faire profiter le plus longtemps possible un maximum de Centre-Bretons.
          L'autre question est de voir plus loin. Comment profiter de l'opportunité actuelle sans compromettre l’après-Synutra ? Sans doute la société civile bretonne doit-elle s’impliquer dans cette question, sans jouer perdant, sans voir des mauvaises intentions partout, et sans répéter que "c’était mieux avant".

JPLM
Fondamentaux du républicanisme français
Bleu-blanc-rouge
Chauvinisme (1) 
Chauvinisme (2)
France éternelle
La Marseillaise
Le bonnet phrygien
Liberté, égalité, fraternité

Prise de la Bastille
39 - 45 : devoir de mémoire !
Bête immonde  
T'as l'bonjour de Roparz (et de Lorulot) !
Résistance. Chiffres
La presse collabo
Libérations  
Moquet (Guy), icône de la Résistance
Ah, les bons citoyens ! Totems et tabous L'esprit des lois
La F.N.D.I.R.P.  
La Libre-Pensée + Bonus
La Ligue des Droits de l'Homme

Le national-trotskysme
La Franc-Maçonnerie à la française 
DDEN, l'inquisition laïque
Le délégué de l'administration
Baptême de Clovis
Calendrier républicain
Communards (les)
montages
Diversité
Esprit (revue)
France libre et empire colonial
Guerre préventive
L'école de la haine  
Mission divine de la France
Monuments aux morts
La pays nantais et la Bretagne  

Programme de Belleville
Tolérance
Toponymie
Abolition de la peine de mort
Abolition du travail forcé
Constitution française de 1958
Déclaration des droits de l'homme de 1789
Citoyenneté pour tous 
Civilisation
Espagnols (réfugiés républicains)
Exclusion (des étrangers)
Indivisible (une et) 
Juifs allemands
Loi du 23 février 2005 sur la colonisation
Le racisme en toute impunité
 
Outrages et blasphèmes
Vote des femmes
Aux sources de l'anticommunautarisme
Marx et Engels ?
Flourens (Gustave), communard et raciste 
Gellion-Danglar (Eugène), libre penseur scientifique
Hamon (Augustin), libre penseur breton  
Regnard (Albert), socialiste prolet-aryen

Tridon (Gustave), communard et bon aryen 
Vacher de Lapouge ? 
Francais
L'historiographie française Archives de Bretagne
Citron (Suzanne), observatrice 
Gaulois (nos ancêtres les)  
Napoléon : dicter l'histoire
Palimpseste, une tradition française
818 - Morvan Lez Breizh
1491 - Alain d'Albret
1532 - Edit d'union
1675 - Code paysan
1911  Proclamation du Parti Nationaliste Breton
1944 - Breiz Atao / Bezenn Perrot
1970 - "Comment peut-on être Breton ?"
Humour
Bazar Breizh 
French Jokes
Blagues identitaires
 
La France dans le miroir mondial

Têtes à claques

Boris Le Lay, chapitre 1

Porter son regard au delà de l'Hexagonerie ...

Constitutions Success stories Législations internationales
Constitution iroquoise, Amérique
Constitution Corse. 1755
Constitution d'Alsace-Lorraine. 1911
Constitution bolivienne de 2008
Constitution chinoise de 1982
Constitution de la Finlande
Constitution de la Hongrie
Constitution de la Pologne
Constitution de la Roumanie
Constitution de la Russie
Constitution de la Slovénie
Constitution fédérale de la Suisse

Constitution du Viet-Nam
Déclaration d'Arbroath, Ecosse. 1320
Déclaration d'indépendance, Etats-Unis. 1776
Proclamation de la République irlandaise. 1916

L'indépendance de la Norvège. 1905
Quit India ! 1942
L'indépendance de l'Islande. 1944
L'indépendance de la Lettonie. 1989-90
L'indépendance de la Croatie. 1993
L'indépendance de la Slovaquie. 1993


L'indépendantisme tchétchène

Charte européenne des langues régionales et minoritaires
Déclaration Universelle des droits de l'homme. ONU. 1948 
Déclaration des droits des minorités. ONU. 1993
Déclaration des Nations Unies sur l'indépendance. 1961
Pacte relatif aux droits civils et politiques O.N.U. 1976
Convention-cadre pour la protection des minorités nationales, Strasbourg 1995

Convention de sauvegarde des droits de l'homme et des libertés fondamentales. Conseil de l'Europe
 
Convention relative aux droits de l'enfant. ONU 1989

Native American Languages Act, 1990  
Rapport Gay MacDougall, ONU 2008, sur les minorités en France

Anciennes mercuriales
Janvier 2007  (Nouveaux horizons)
Février 2007 (Libre-pensée)
                + bonus Repentance

Mars 2007 (Anti-communautarisme)
Avril 2007 (L'identité nationale)
Mai 2007  (Election de N. Sarkozy)
Juin 2007  (Le communautarisme)
Juillet-août 2007  (Projection du modèle français)
Septembre 2007  (La citoyenneté)
Octobre 2007  (Ignorance et arrogance)
                + bonus JL Mélenchon
Novembre 2007  (Egalité et alignement)
Décembre 2007 
(L'idéal de dépossession)
Janvier 2008  (Le jacobin et le sans-culotte)
Février 2008  (Le sans-culottisme contemporain)

Mars 2008  (Beijing et Pékin)

Avril 2008 (Le rapport MacDougall)

Mai 2008  (L'intégration)
Juin 2008  (Le patrimoine breton)
Juillet-août 2008   (Les langues indiennes)
Septembre 2008   (La constitution chinoise)
Octobre 2008  (Droite et gauche)

Novembre 2008  (Qu'est ce qu'un républicain ?) 

Décembre 2008
(La révolution numérique)
Janvier 2009
 (L'adjectif "citoyen")
Février 2009 (L'identité)
Mars 2009  (Les constitutions)
Avril 2009  (Les frontières bretonnes)
Mai 2009  (la laïcité)

Juin 2009  (l'indépendantisme breton)  
Juillet 2009  (élections européennes)
Août 2009  (Le tourisme culturel)  
Septembre 2009  (Etre français, pourquoi pas ?)
Octobre 2009  (De quoi Huchet est-il le nom ?)
Novembre 2009  (Héros sartrien et société du spectacle) 
Décembre 2009  (Nationalité, citoyenneté, identité) 
Janvier 2010  (diversité, biodiversité, ressources)  
Février 2010  (le 1% breton)
Mars 2010  (le Bilan Carbone®)
Avril 2010  (Les deux vagues anticommunautaristes)
Mai 2010  (La laïcité va t'elle changer de bord ?)
Juin 2010 (L'identité tribale)

Juillet 2010 (La métropole Nantes-Rennes)
Août 2010 (La marque "Ille-et-Vilaine")
Septembre 2010 (L'écologie républicaine)
Octobre 2010 (La clarté française)
Novembre 2010 (Républicanisme et populisme)
Décembre 2010 (Déclin de la sphère politique)
Janvier 2011 (Laïcité et conservatisme)
Février 2011 (Identité-alliage et identité-mosaïque)
Mars 2011 (Le constat de séparisianisme) 

Avril 2011 ("Je suis plus breton que vous") 
Mai 2011 (D'une libération l'autre)
Juin 2011 (Où est donc le pouvoir ?)
Fulmination estivale 2011
(A propos du site www.breizatao.com et de son écrivassier, Boris Le Lay)
BreizAtao
Octobre 2011 (la résistance sans leader)
Novembre 2011 (Y a-t'il une vie après l'état-nation ?)
Décembre 2011 (La France abstraite)
Janvier 2012 (Produit en France, produit en Bretagne)
Février 2012 (diplomatie bretonne)
Mars 2012 (d'un drapeau l'autre)
Avril 2012 (Faut-il faire confiance aux historiens français ?)
Mai 2012 (A Saint Brieuc, on ne parle pas breton...)
Juin 2012 (Démocrates et républicains)
Juillet 2012 (Bretagne/breizh : utopie ou aventure ?)
Août 2012 (Bretagne/breizh : Une tribu postmoderne)

Septembre 2012 (Stratégies bretonnes d'aujourd'hui)
Octobre 2012 (Localiser les décisions, les meilleures et les pires)
Novembre 2012 (Les nouveaux chemins de la révolution)
Décembre 2012 (Le jacobinisme est-il le problème ?)

Janvier 2013 (Valeurs communautaires et valeurs civiques)
Février 2013 (Liberté, égalité, fraternité ou la mort !)
Mars 2013 (La responsabilité territoriale)
Avril 2013 (Le retour des grands principes)
Mai 2013 (La théorie de la relativité appliquée à la Bretagne)
Juin 2013 (Pouvoir et souveraineté)
Juillet 2013 (Qu'est-ce que la culture ?(1))
Août 2013 (Qu'est-ce que la culture ? (2))
Septembre 2013 (L'écotaxe en 12 points)
Octobre 2013 (Ras le bol fiscal ; le point de vue breton)
Novembre 2013 (Quel emploi en Bretagne ?)
Eté 2014 (Le bonnet rouge, un symbole fort)
Octobre 2014 (Mon pays avant mon statut social !)
Novembre 2014 (Ni gauche ni droite ?)
Décembre 2014 (Le nationalisme breton a-t'il besoin d'une mise à jour ?)
Janvier 2015 (L'anti-productivisme : retour vers le passé ?)
Février 2015 (La Grèce et nous)
Mars 2015 (La protection sociale des Bretons)
Avril 2015 (Les Bretons et la démocratie liquide)
Mai 2015 (Valeurs de la République, valeurs nationales, valeurs démocratiques)
Juin 2015 (Aborder la politique autrement)
Juillet 2015 ("le hareng de Bismarck", de Jean-Luc Mélenchon)
Août 2015 (Réflexions estivales sur nos droits)
Septembre 2015 (Le nationalisme breton, ce n'est pas ça !)
Octobre 2015 (Du mythe de l'Etat-providence à celui de la Région-providence)
Novembre 2015 (Que signifie la révolte contre les normes ?)
Décembre 2015 (Qu'est-ce qui fera bouger la Bretagne ?)
Janvier 2016 (Le nationalisme breton : donner du sens)
Février 2016 (Derrière l'identité, l'aventure)
Mars 2016 (Les indications géographiques protégées ; tout et n'importe quoi)
Avril 2016 (Bonnets rouges à Belfast)
Mai 2016 (Pourquoi le mouvement breton d'après-guerre est-il de gauche ?)
Conclusion et contact

Contreculture.org© 2005-2016